georgesandmonamour

georgesandmonamour

La première agression, le lendemain

Le lendemain à la première heure, je demandais à parler à Madame Lablonde, la proviseure. Elle était étonnée et moi étonnée de son étonnement. Le surveillant ne l'avait-il pas alerté ? Non. N'était-elle pas au courant de ce qui s'était passé la veille dans son établissement ? Non, c'est un établissement de 1000 élèves vous savez, on manque de moyens... Elle me conseillait de porter plainte. Contre qui ? Le surveillant ? Non non contre les enfants. C'est qui ? Je me gardais de lui dire que j'en connaissais deux. Qu'elle fasse son boulot. Elle me certifia qu'elle aurait les noms, qu'elle les convoquerait de son côté, mais que je devais aller porter plainte.

Le midi, un coup de sonnette, le cousin de Chouchou et ses parents, la mère en pleurs, lui fermé. Le cousin n'a pas frappé. Il reconnaît avoir protégé le frappeur des regards mais n'a pas frappé. Il ne le fera plus, mais non il n'aidera pas ceux qui sont frappés au collège, parce qu'il y en a beaucoup, chacun ses problèmes. Le chien de Lili assis à côté d'elle, gronde. Le cousin aura un mouvement de recul. Moi un tout petit sourire, merci le chien.

Ils ont été convoqués par Madame Lablonde qui leur a dit que j'allais porter plainte. Je rassure la mère en pleurs, si ça s'arrête là de leur côté, ça s'arrête là de notre côté. Parce que chacun a le droit à une deuxième chance, parce que Lili ne veut pas affronter ses copains de primaire, parce que c'est beaucoup déjà pour des enfants tout ça. 

Et puis si je porte plainte, ce sera contre le collège pour non assistance à personne en danger, pour non surveillance. C'est quoi ce collège ?



27/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres